Lundi 3 février 2014 1 03 /02 /Fév /2014 08:37
- Par Seth

Depuis qu'on est arrivés à Luang Prabang il n'y a pas eu une journée sans qu'un chauffeur de tuk tuk nous interpelle avec le fameux "tuk tuk waterfall?"

Au début on ne savait pas trop ce qu'ils voulaient, mais il se trouve qu'une des attractions du coin sont les Kuang Si waterfall à une trentaine de km de la ville.

Près de 30km dans les collines laotiennes à pieds ou a vélo c'est jouable mais on n'est pas des crevards à ce point. Il a fallu qu'on se décide à marchander un ride en tuktuk.

On se dirige vers la rue principale, où tous les tuktuk attendent, ça ne tarde pas à mordre à l'hameçon... enfin, en l'occurrence c'est plutôt nous qui mordons puisque c'est nous qui allons lâcher des billets.

On commence à marchander avec un tuktuk qui nous demande beaucoup trop, quand un autre tuktuk driver arrive en courant depuis l'autre côté de la rue, il vient nous dire que son tuktuk est presque plein et que si on monte avec lui, on partira tout de suite. Les deux tuktuk commencent à s'embrouiller. Le premier qu'on a vu ne semble pas trop content de laisser sa proie à un "concurrent". On continue à négocier un peu, tout en essayant de comprendre ce qu'il se passe, on décide finalement de partir tout de suite avec le second.

Le second tuktuk sort des billets qu'il donne au premier, sûrement pour indemniser le premier de la course qui vient de lui passer sous le nez.

Sur le chemin pour rejoindre le tuktuk, il nous dit une chose bizarre.

"vous faites une affaire à ce prix là, les autres gens dans le tuktuk ont payé plus que vous, mais ne leurs dites rien hein?"

Là ça sent le plan foireux. On sait que le prix qu'on paye est le prix "normal" pour ce trajet, mais si il y a d'autres gens dans le tuktuk, logiquement le prix devrait être plus bas pour tout le monde, on partage les frais quoi...

En même temps il nous demande de payer tout de suite pour l'aller-retour, on lui dit qu'on payera une partie à la fin de l'aller et le reste à la fin du retour.

Dans le tuk tuk l'ambiance est bizarre puisqu'on a eu ordre de ne pas parler de prix avec nos voisins.

Plusieurs hypothèses...

 

- Est-ce que c'est nous qui avons payé plus cher qu'eux? (très probable)

- Est-ce que le tuktuk a été réglo? (très peu probable)

- Si on leurs demande et qu'ils ont vraiment payé plus cher, ils vont aller demander au tuk tuk et il sera pas content donc il nous cassera la gueule avec un morceau de bambou caché sous son siège, puis nous abandonnera tous au bord de la route et on marchera sur une mine et on agonisera sur le bas côté tout en se faisant manger par des fourmis rouges et pisser dessus par des chiens qui ont la rage. (peu probable)

 

Bref, comme on n'a pas envie de se faire pisser dessus par des chiens, on préfère ne rien dire et profiter de la route...

kuang si falls laos

 

Mais là aussi c'est pas la joie. Lise se sent mal, on ne sait pas si c'est la route qui bouge dans tous les sens ou ce qu'on a mangé à midi.

Après plusieurs minutes de trajet, on arrive dans une sorte de village improvisé devant la porte d'entrée du parc. C'est "bien" aménagé, il y a des espaces pour se garer, des boutiques de souvenir, de la bouffe.

kuang si falls laos

 

Notre tuktuk se gare, et il nous demande alors de payer la course, on paye notre part et on vérifie que les autres payent aussi. Bon ça nous enlève d'un doute sur le fait qu'on a payé pour eux aussi.

Le tuktuk driver nous demande combien de temps on veut rester là, on dit 3 ou 4h maxi, il nous dit alors que c'est bien trop long, que l'eau est trop froide pour se baigner, qu'il fera nuit si on reste trop longtemps... On s'arrange avec l'autre couple qui était avec nous dans le tuktuk sur 2h de visite.

 

Le tuk tuk nous dit alors qu'il faut payer l'entrée (20000kip) à lui et qu'il nous fera entrer... Putain on commence à en avoir marre des plans foireux et des arrangements bizarres. On cherche à comprendre parce qu'on ne voit pas pourquoi on doit payer à lui alors que les guichets sont à 30metres de là et qu'on peut payer nos tickets tout seuls.

Là, le mec qui était avec nous dans le tuktuk commence à parler avec le chauffeur! Han! Mais ils étaient de mèche depuis le début, conspiratioooooooooon! On se dit que ce sont des touristes thaïlandais (en tout cas ils ont l'air) puisque le thaï et le laotien sont deux langues proches.

Il nous explique que c'est une pratique normale ici, et qu'en fait le tuktuk gagne un repas en commission pour avoir apporté du touriste dans le coin. On lui lâche ses 20000 kip, il nous accompagne à l'entrée, touche deux mots au mec qui vérifie les tickets et il nous fait signe d'entrer comme un videur dans une boite de nuit. On n'a pas de ticket ni rien, mais au moins ça ne nous a rien couté de plus cette fois-ci donc c'est tout ce qui nous importe...

 

On commence la visite et on tombe sur une sorte de refuge animalier avec des gros ours noirs. C'est malheureux de les voir comme ça donc on ne s'attarde pas surtout qu'on est venu pour voir de l'eau couler dans tous les sens!

kuang si falls laos

 

Et maintenant plus grand chose à raconter, on a eu ce qu'on venait voir... des chutes d'eau en veux-tu en voilà, de toutes les formes! La folie! Des cascades en escalier, en piscine, en queue de cheval, en chute libre... des grosses, des p'tites, des bruyantes, des mignonnes, des mouillées, des bleues, des turquoises, des qui éclaboussent, des profondes... Bref, place aux photos.

kuang si falls laos

kuang si falls laos

kuang si falls laos

kuang si falls laos

kuang si falls laos

kuang si falls laos

kuang si falls laos

kuang si falls laos

 

L'entrée se fait par le bas, donc on remonte tout le temps vers la grosse cascade, celle qui fait du vent tellement l'eau tombe de haut et de loin la plus photographiée.

kuang si falls laos

kuang si falls laos

 

Certains touristes ont eu des tuktuk drivers plus cool que le notre puisqu'ils prennent le temps de faire des plongeons dans les piscines naturelles ou se prennent en photo dans la flotte. Au fond on s'en tape, on n'avait même pas emmené nos maillots de bain. Dans le parc était indiqué un peu partout qu'il était interdit de se mettre en bikini ou en short de bain (il faut se baigner presque habillé quoi) mais la plupart des gens s'en fichaient.

frogfall.jpg

 

Sur le chemin après 1h15 de balade on croise le couple qui a partagé notre tuktuk, ils viennent nous parler. On était en mode poker face en espérant qu'ils ne viennent pas nous tchatcher à propos du prix du tuktuk... Finalement ils disent qu'ils ont fait le tour et demandent si ça nous dérange pas de revenir au tuktuk 30 minutes plus tôt que prévu. On accepte parce que nous aussi on a fait le tour et les waterfall c'est sympa mais là on a eu notre dose.

 

On arrive à la nouvelle heure prévue au tuktuk, il ne nous reconnait pas... sûrement trop habitué à voir nos vieilles faces de blanc-bec qui se ressemblent toutes... Quand il comprend qui on est il nous invite à aller acheter à boire ou manger chez sa soeur qui tient une boutique à quelques mètres de là où il est garé... C'est la mafia laotienne ici! On va attendre dans le tuktuk, l'autre couple arrive, tout le monde est là, on reprend la route vers Luang Prabang.

kuang si falls laos

 

Sur le chemin, Lise se sentait toujours mal... Cette fois-ci c'était pas une fausse alerte, je la vois se pencher sur le bords du tuktuk et comme si j'avais pas vu assez de chutes d'eau dans la journée, Lise nous a prolongé le spectacle en vomissant son sandwich par dessus bord! Je tape à la fenêtre du tuktuk pour qu'il s'arrête. Les tuktuk qui nous suivaient étaient aussi ravis du spectacle ainsi que le couple avec qui on voyageait.

Elle se sentait enfin mieux, il faut dire que le tuktuk roulait beaucoup moins vite suite à ça. Arrivés à Luang Prabang on a payé le reste du ride et on est rentrés se reposer à notre guesthouse.

Ecrire un commentaire
Voir les 5 commentaires - Publié dans : Laos
Dimanche 2 février 2014 7 02 /02 /Fév /2014 08:37
- Par Lise

blog bd avion crash lao airlines humour voyage

 

L'avion en question était un ATR72, plus d'info sur le crash ici

Ecrire un commentaire
Voir les 4 commentaires - Publié dans : BD
Samedi 1 février 2014 6 01 /02 /Fév /2014 08:37
- Par Seth

Luang Prabang est une petite ville de 50000 habitants (et pourtant c'est une des plus grande ville du Laos) dont on a vite fait le tour.

 


 

On a voulu monter sur les hauteurs de la ville et chercher un peu de nature... On se dirige vers le Sud-Est de Luang Prabang après avoir repéré des petits chemins sur des cartes.

Sur la route on voit nos derniers signes de civilisation sans le savoir. Il y a encore des commerces et les gens s'occupent en travaillant.

boucher.jpg

La viande crue sur un morceau de carton, y'a pas dire c'est plus savoureux!

 

garagegirl.jpg

Une femme garagiste? Normal au Laos!

 

store.jpg

Des fruits et légumes pleins de poussière, d'odeur de pot d'échappement, miam!

 

truckload.jpg

Transport de marchandise en toute sécurité!

 

On continue notre expédition et on se retrouve rapidement dans des chemins de terre entourés de jungle assez dense. On sait que les endroits non-balisés sont infestés de mines donc ça limite pas mal les explorations... Il y a encore des maisons et des habitants donc on s'en fait pas trop non plus.

drying.jpg

Ils se servent aussi de leur parabole comme passoire pour quand ils font des spaghettis bolognaises!

 

Ici les lampadaires sont allumés par les habitants à l'aide d'un interrupteur sur le poteau!

lampost.jpg

 

C'est le système-D dans ce coin de la ville (techniquement on n'est plus dans la ville, mais bon...) et des gens installent eux-même des lignes éléctriques pour relier une "maison" qui vient sûrement d'être construite en contre-bas.

Un bambou planté avec une encoche à l'extrémité, des rallonges éléctrique mises bout à bout, un autre bambou pour caler le cable en hauteur, et c'est réglé!

edf_laos.jpg

 

Il y a plein de chiens dans le coin, Lise est effrayée à chaque aboiement alors l'avancée sur ces chemins se fait à faible vitesse... mais on continue à découvrir.

oldroad.jpg

 

Notre progression dans cet endroit où ils ne semblent pas avoir vu beaucoup de touristes se fait sous haute surveillance...

girlglare.jpg

 

Mais les regards ne sont en aucun cas aggressifs, (à part les chiens pour Lise) on ne ressent aucun sentiment d'insécurité en se baladant ici, certaines personnes nous disent "hello" en après avoir fait de même on continue tout naturellement.

D'ailleurs on tombera sur un ado (dont on a oublié le prénom) qui était en train d'entrainer ses coqs de combat. C'était la première fois qu'on assistait à ce genre de truc donc on s'est attardés.

duelcock.jpg

 

Comme en boxe les animaux s'observent et se jettent l'un sur l'autre en une fraction de seconde pour se casser la gueule. Avec la rapidité et les plumes qui volent dans tous les sens on ne voit pas grand chose mais ces sales bêtes sont coriaces!

cockfight.jpg

 

Tout à coup les chiens qui dorment sur le bord du chemin semblent beaucoup moins dangereux. L'ado met finalement fin au combat et voyant qu'on s'interesse à ce qu'il fait il vient nous parler avec son coq sous le bras.

Il parle un anglais limité et l'échange est basique. M'enfin comparé aux commercants de la ville qui se font comprendre en faisant des gémissements et en montrant du doigt tel ou tel chose, lui s'en sort bien!

Il nous demande ce qu'on fait là, d'où on vient... Lui a 14 ans, ne va plus à l'école et était tout fier de nous dire qu'il élevait des coqs de combat. Son côté businessman prend vite le dessus puisqu'il en arrivera à nous demander si on voulait lui acheter un coq. On refuse évidemment avec le sourire et on s'en va en lui souhaitant bonne chance pour ses combats.

cockguy.jpg

 

Ça fait un bout de temps qu'on marche et on s'éloigne sérieusement de la ville, c'est peut-être le moment de faire demi-tour parce qu'après c'est la vraie jungle sur plusieurs kilometres.

junglehouse.jpg

 

Sur le retour, le jeune aux coqs a disparu mais on trouve des enfants qui s'amusent comme des tarés avec des toupies home-made. Un baton avec une ficelle au bout enroulée autour d'un morceau de bois taillé en pointe. Après le principe est simple, un joueur lance la première toupie et les autres essayent de lancer la leur pour faire tomber la première (un peu comme à la pétanque).

toupieplay.jpg

toupie.jpg

 

À ce moment là, on est moins d'une semaine après Noël, ces kids sont en train de s'éclater comme des fous avec litteralement deux morceaux de bois et une ficelle pendant qu'ailleurs, d'autres pleurent parce qu'ils n'ont pas eu l'iPhone de la couleur qu'ils voulaient... Ça nous fait pas mal réfléchir pendant notre retour à Luang Prabang.

 

C'est en retrouvant le bruit de la circulation et la ville qu'on se rend compte à quel point ces gens sont isolés alors qu'ils sont à quelques dizaines de minutes de la ville, et on est bien contents de ne pas avoir payé un tour operator à Chiang Mai pour aller à la rencontre de gens "authentiques".

 

L'entrée d'une école, et un pêcheur qui cherche à manger dans le Mékong.

fisher.jpg

school.jpg

 

Arrivés en ville on tombera sur le chat le plus badass du monde. On a vu des bestioles dangereuses lors de nos voyages (surtout en Australie) mais lui n'aurait fait qu'une bouchée des coqs de combats! On s'est amusés à lui trouver un nom au cas où on aurait dû l'adopter... et on trouve que Murder lui aurait bien été!

murdercat.jpg

Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires - Publié dans : Laos
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés