Vendredi 8 août 2014 5 08 /08 /Août /2014 09:37
- Par Lise

Depuis notre arrivée à Phnom Penh plusieurs jours se sont écoulés. Dès que c'est possible nous partons nous perdre dans les rues de la capitale cambodgienne pour nous imprégner de l'ambiance de la ville. L'atmosphère est vibrante, les locaux souriants, on se sent vraiment bien ici. Ou presque... Une hépatite que j'ai attrapé au début de notre séjour en Asie du Sud-Est nous oblige à passer une grande partie de nos journées dans la chambre de notre guest-house, les symptômes me fatiguent beaucoup.

Mais après plusieurs jours de repos, je suis de nouveau en forme pour partir explorer Phnom Penh. On décide d'aller découvrir le Stade Olympique qu'on a repéré pas trop loin sur une carte de la ville.

En chemin on tombe sur une émeute... Ou plutôt un règlement de compte. Un voleur s'est fait courser et attraper. Une foule de locaux s'acharne sur lui avec violence en hurlant. Des locaux montent sur les toits pour assister au spectacle.

urbex cambodge blog voyage phnom penh

Des policiers rapidement arrivés sur les lieux tentent de protéger le fautif qui git au sol, un peu sonné. Après quelques minutes la foule se disperse. 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

Nous continuons notre chemin dans la circulation chaotique. 

 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

 

On finit par arriver aux portes du stade. 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

Le lieu est habité squatté (illégalement) par des familles cambodgienne. Des enfants courent nus dans la terre qui entoure le stade, des femmes préparent à manger ou étendent le linge, des hommes jouent à des jeux inconnus à l'ombre des murs. On s'éloigne un peu des zones habitées pour s'approcher du stade. La chaleur est étouffante. 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

Le stade est énorme, il peut accueillir 50 000 paires de fesses khmers ! On continue notre chemin vers le palais des sports qui nous offrira un peu d'ombre car on commence vraiment à fondre. On trouve une entrée dérobée pour explorer le complexe sportif.

urbex cambodge blog voyage phnom penh

L'endroit est désert et semble abandonné. Nous sommes donc seuls et tranquilles pour notre première session d'urbex au Cambodge ! On explore les nombreuses salles de sport, vestiaires et bureaux. 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

On finit par croiser quelques squatteurs qui semblent se demander ce qu'on fait ici. On ressort donc vers le stade, ouvert au public.

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

 

Le saviez vous ?

• L'architecte du stade a aussi été ministre au Cambodge

• Durant la période des khmers rouges le stade a servi de lieu d'exécution

• En 1966 le Général De Gaulle a fait un discours dans ce stade contre les conflits d'Indochine

 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

A midi, la chaleur devient insoutenable, on quitte les lieux à la recherche d'un endroit pour casser la croûte.

 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

 

On fait une première pause dans un food-court qui offre l'air conditionné pour boire un jus de fruit, puis on trouve un petit resto local où les mouches sont plus nombreuses que les clients !

urbex cambodge blog voyage phnom penh

La chaleur n'a pas l'air d'accabler les cambodgiens. Ils vaquent à leurs occupations sous le soleil et la poussière.

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

urbex cambodge blog voyage phnom penh

Sur le chemin du retour nous passons devant le musée du Génocide, ou Tuol Sleng Genocide Museum qui nous rappelle les heures sombres qu'ont vécu les cambodgiens.

urbex cambodge blog voyage phnom penh

Connaissant un peu ce qui s'est passé pendant la dictature khmère rouge et étant de nature sensible, on ne se sent pas capable d'aller visiter ce musée. L'histoire terrible du pays hante déjà nos esprits quotidiennement depuis que nous sommes arrivés au Cambodge. Mais pour ceux qui s'intéressent à l'histoire et qui ont les nerfs plus solides que nous, il parait que le musée est intéressant.

 

Tuol Sleng - Musée du Génocide

Street 113, Boeng Keng Kang, Phnom Penh

2$ par personne

 

urbex cambodge blog voyage phnom penh

 

Pour ceux qui ne connaîtrait pas ce qui c'est passé pendant cette dictature, voici un résumé en quelques lignes :

• Khmers rouge est le nom que l'on a donné à un mouvement politique et militaire qui était au pouvoir de 1975 à 1979.

• Les victimes de ce régime sont estimées à 1,7 millions d'habitants.

• La plupart des dirigeants des khmers rouges, dont Pol Pot (le plus méchant), ont fait leurs études en France.

• L'idéologie radicale du mouvement consiste à dénigrer les populations urbaines ou intellectuelles au profit des population rurales. Il est question d'éradiquer certaines classes sociales.

• Les cambodgiens ont alors un statut particulier selon leur région d'origine. Si ils viennent de la campagne, ils ont plus de droit. Si ils vivaient en ville ils sont contraints à l'exil sous peine d'être executés.

• Le gouvernement crée une famine pour mieux asservir le peuple et supprime la plupart des droits fondamentaux. Le concept de vie privée et de liberté de conscience disparaît. Les khmers sont obligés de travailler (souvent dans les champs ou des camps de travail) sous peine de mort.

• Des centaines de milliers de cambodgiens vont être torturés et tués dans des "centres de rééduction" pour des motifs très discutables : porter des lunettes (ça fait intello), avoir des relations sexuelles hors mariage, ne pas être d'accord avec le gouvernement, l'origine ethnique, avoir fait des études, voler une poignée de riz... Plus d'info sur les conditions de détention ici.

• A la fin des années 70, l'armée vietnamienne fait tomber la dictature. Les khmers rouges existent encore, mais ils ne sont plus au pouvoir. Le mouvement disparaît à la fin des années 90 suite aux jugements de nombreux dirigeants pour crime contre l'humanité.

Ecrire un commentaire
Voir les 7 commentaires - Publié dans : Cambodge
Jeudi 19 juin 2014 4 19 /06 /Juin /2014 10:57
- Par Seth

sKroll.jpg

People of Phnom Penh

______________________

 

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Phnom penh cambodge people photo blog travel

Ecrire un commentaire
Voir les 6 commentaires - Publié dans : Cambodge
Dimanche 15 juin 2014 7 15 /06 /Juin /2014 09:37
- Par Seth et Lise

C'est la tête pleine de souvenirs et les mollets fatigués par nos virées à vélo que nous quittons Siem Reap pour la capitale du Cambodge : Phnom Penh. Pour s'y rendre on choisit l'option mini-bus.

 

Combien ça coute ?

Siem Reap-Phnom Penh en minibus

7,5$ /personne (5h de route)

 

Siem Reap-Phnom Penh en bus normal

5$ /personne (7h30 de route)

 

Départ à 6h30. Les moustiques sont ravis de voir des humains dehors à cette heure matinale et prennent leur petit déjeuner grâce à nous. Le mini-bus se remplit doucement. Nos compagnons de route sont tous cambodgiens et ne parlent pas anglais. Les 5 heures de route qui nous attendent risquent d'être longues. On est entouré par un cambodgien malade qui tousse en continu, une femme qui hurle dans son téléphone portable et un petit vieux qui parait plus intéressé par la poitrine de Lise que par les paysages. Et on ne vous parle pas des musiques traditionnelles diffusées via l'autoradio.

Pour grignoter en route on a eu la mauvaise idée d'acheter des gaufrettes locales au durian. L'odeur envahit tous le mini-bus, ça sent la poubelle !

 

Après avoir traversé de nombreux villages et rizières, on arrive à Phnom Penh. On a un aperçu de la ville à travers les fenêtres du bus. On sait quand on va enfin arriver puisqu'une horde de tuk-tuks nous attendent dans une ruelle. Nous avons à peine le temps de poser un pied au sol que les chauffeurs de tuktuk ont déjà embarqué nos sacs à dos. On les récupère  mais on se fait à moitié agresser pour aller au centre ville dans un de leurs bolides.

- Where you go?

- We don't know, we walk!

- No! Take tuk tuk!

- No, it's fine, we walk!

- You need tuk tuk?

- No.

- Yes you NEED TUK TUK!

- No no, thanks.

 

On fini carrément par se faire crier dessus.

On préfère marcher. Le centre ville n'est qu'à quelques kilomètres. De toute façon on ne connait rien de la ville, on a réservé aucune auberge donc on ne saurait pas quelle adresse indiquer! On s'en va en souriant, nos sacs sur le dos. On emprunte les grands axes qui devraient nous mener à la vieille ville.

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

Enfin, nous découvrons Phnom Penh. il y règne une sorte de chaos tranquille, les couleurs et les odeurs des marchés sont omniprésentes, les locaux sont avenants, bref, on s'y sent vraiment bien.

phnom penh cambodge voyage blog couple

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

On finit par trouver une guest-house sympa avec 3 gros lits, une douche chaude, internet, la télé et la clim en prime ! C'est vraiment le grand luxe. Le truc moins bien c'est qu'on est juste à côté d'un "abattoir"... Chaque fois qu'on sort se promener on peut assister à un triste et morbide spectacle.

phnom penh cambodge voyage blog couple

Des canards (à gauche) qui attendent de devenir comment leurs copains (à droite)

 

A quelques pas de notre guest house, on découvre des temples, des grands axes, des boutiques marrantes mais surtout des rues pleines de vie. Les cambodgiens vivent dehors. On assiste même à un match de foot improvisé entre chauffeurs de tuktuk en mal de clients.Non loin de là on verra des gens en train de filmer un temple avec un drône. C'était l'équipe de "Des racines et des ailes" qui réalisaient des séquences pour leur sujet sur l'Asie du Sud-Est.

phnom penh cambodge voyage blog couple

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

Se promener à Phnom Penh est vraiment sympa parce que ça bouge partout mais en tant que touriste on se fait énormément soliciter par ces fameux tuk tuk qui attendent presque à chaque coin de rue. On se fait interpeller en continu, on s'efforce de rester polis mais se faire crier dessus "taxi taxi, tuk tuk tuk tuk" de partout devient vite fatiguant. On a l'impression d'être contraint de jouer à un jeu de chat et de la souris. C'est à celui qui nous verra en premier et du plus loin possible et qui criera le plus fort pour nous faire tourner la tête.

Ok, on connait le discours du "ils font ça pour nourrir leur famille" mais si on a besoin d'un taxi ou d'un tuk tuk, on sait les repérer, ils sont partout.

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

Mais pas le temps de niaiser, il est l'heure de dîner. On trouve un petit stand de street food où une cuisinière rigolote nous concocte des plats à base de riz rouge, légumes et poulet, un délice.

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

En mangeant on observe le soleil qui se couche dans les ruelles.

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

Quand l'obscurité envahit la capitale, l'atmosphère se transforme. Les locaux se retrouvent tous pour manger, c'est très animé.

 

Après une courte nuit on décide d'aller découvrir le marché russe où on peut presque tout trouver : fruits et légumes, viandes, vêtements, bibelots, objets d'art, instruments de musiques, outils, électroniques...Si on sait marchander on peut trouver de vrais trésors !

 

Le saviez vous ?

Le marché russe a commencé être fréquenté par les "blancs" dans les années 80.

À l'époque les immigrés blancs étaient surtout russes. D'où son nom !

 

phnom penh cambodge voyage blog couple

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

C'est tellement grand qu'il est facile de s'y perdre.

phnom penh cambodge voyage blog couple

 

On ressort forcement un peu plus pauvres que quand on y était rentrés !

 

Le reste de la journée ne se déroule pas vraiment comme prévu.Lise est encore bien malade donc c'est repos forcé dans notre chambre. La famille qui vit dans la maison d'à côté nous amène quand même un peu d'animation vu qu'on les entend chanter.

Ecrire un commentaire
Voir les 4 commentaires - Publié dans : Cambodge
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés